16 ans, premier amour - Comment j'ai changé de vie

16 ans, premier amour

L’amour ça ne klaxonne pas avant d’entrer ! ça se pointe, ça s’impose, ça force les barrages  » K-Pancol

Aujourd’hui j’ai eu envie de vous parler de F. Cela n’arrive pas si souvent que cela au final. Et pourtant il est toujours là, discret mais indispensable.

Et puis aujourd’hui nous sommes à M-4. 

Waouh ça fait bizarre de dire ça. J’ai l’impression que c’est loin mais que c’est proche à la fois. L’excitation monte, le stress aussi, un peu. Et puis surtout l’envie de se dire OUI !

On s’est rencontré à 16 ans – enfin lui 16 ans, moi 17 [ F aime insister sur le fait qu’il est 6 mois plus jeune que moi – et que je suis donc une couguar  ]. A l’époque on faisait tous les deux du tennis dans deux cours différents – et puis LE professeur en commun qui nous a proposé de jouer ensemble. { Christophe, si tu passes par là, merci ! }.

A 16 ans, 17 pardon, je rêvais du grand amour. D’ailleurs je l’avais imaginé grand, blond, les yeux clairs, musclés et puis romantique, attentionné. Bref, vous voyez le tableau. Je pensais tomber immédiatement éperdument amoureuse. { le coup de foudre toussa toussa }.

Alors lorsque F est arrivé les cheveux noirs comme le geai, filiforme, réservé et pas entreprenant pour un sous, je n’aurais jamais pensé que c’était le bon, et pourtant.

Dans quelques semaines cela fera 10 ans. 10 ans que l’on se connait [ ça ne nous rajeunit pas ] et si on m’avait dit à cette époque là que l’on serait encore ensemble j’aurais souris – ou peut être éclaté de rire tant cela paraissait absurde et improbable !

Nous sommes tellement différents.

Avec le recul je crois que c’est ce qui fait notre force. F apporte du calme dans ma tempête, de la sérénité à mes angoisses, de la réflexion à ma spontanéité, de la force à mes faiblesses.

Un peu comme deux pièces d’un puzzle qui s’emboîtent parfaitement.

C’était en Janvier et il faisait froid – Je me souviens encore de la « tenue » que je portais ce jour là [ si F passe par là je le vois déjà sourire en lisant cette phrase – Je suis du genre à me souvenir de plein de petits détails inutiles comme le fait que ce jour là je portais un pull à capuche blanc et un jogging Adidas noir ] – Peu importe – L’excuse pour se prendre la main était toute trouvée.

Cela a été le début de tout.

Je n’aurais jamais cru qu’après un mois je serais aussi attachée à lui, qu’après 1 an notre histoire serait une évidence, qu’après 3 ans nous pourrions renoncer à tout pour être ensemble, qu’après 6 ans on se ferait la plus belle des promesses. Celle de ne plus jamais se passer l’un de l’autre.

Pour le meilleur et pour le pire.

C’est fou parce qu’avec F on se connait par cœur. Il ressent lorsque mon cœur se serre, me prend la main au cinéma lorsqu’il sent que mes larmes montent, il pourrait retranscrire chacune de mes pensées, de mes doutes. Comme je peux anticiper à peu près chacune de ses réactions et que je connais chaque millimètre de sa peau par cœur.

Et pourtant j’ai l’impression de continuer à le découvrir chaque jour, au fur et à mesure que l’on grandit, que l’on change, que l’on évolue.

Notre amour n’est pas parfait – En 6 ans il y a eu des coups durs, des engueulades, des bouderies. Mais il est vrai, fort, sincère. Et cela me suffit.

Alors oui je me sens prête pour le grand saut – Dire OUI – On ne sait pas ce que l’avenir nous réserve mais je sais qu’avec beaucoup d’amour, de patience, de volonté nous allons commencer un nouveau chemin côte à côte. Et lorsque je pense à ça, l’émotion m’envahit en quelques secondes. Parce que pour moi nous allons nous faire la plus jolie des promesses. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *