La course à pied, de la haine à l'amour fou ! - Comment j'ai changé de vie

La course à pied, de la haine à l’amour fou !

Alors, pour ce troisième article, voilà un sujet sur lequel il y a beaucoup à écrire : La COURSE A PIED ! La course à pied et moi, comment vous dire ! Ça a (très) longtemps été la HAINE! Non non je n’exagère pas ! Au collège je n’ai jamais dépassé les 5/20 en endurance (et encore mon prof était plutôt du genre indulgent !), j’ai toujours terminé dans les 3 derniers du cross du lycée, bref une vraie cata ! A 15 ans on me diagnostique de l’asthme (se manifestant surtout à l’effort/réactions allergiques), là je me dis que c’est une bonne excuse et qu’enfin on va arrêter de me gonfler avec ce sport dans lequel je serai toujours une énorme daube ! Peine perdue ! Mes parents ont essayé de m’emmener courir à peu près tous les dimanches et ce tout le temps où j’ai habité avec eux ! (ça fait beaucoup de dimanches croyez moi !) – Beaucoup trop pour moi qui vivais ça à chaque fois comme un calvaire. Je courais 200mètres, je m’arrêtais et rebelote. En plus de ça j’avais honte parce que des papis avoisinant les 80 ans me dépassaient allégrement. On ne peut pas dire que mes parents n’aient pas tout essayé pour me mettre à la course puisque le paternel m’avait même fait faire une paire de chaussure avec une semelle adaptée à mon pied, à ma morphologie, à ma foulée, bref l’équipement parfait ! Chaussures que je n’ai pas beaucoup usées donc !

Puis voici venu le moment où je quitte le domicile familial ! Alors là inutile de vous préciser que je n’ai pas emmené mes chaussures de running avec moi ! (Bonne excuse d’ailleurs !) Là j’ai donc totalement arrêté d’essayer de courir. Et ce pendant 4 ans. Même pas une tentative pour courir après un bus, rien ! Le divorce avait été prononcé, je pensais en avoir définitivement fini avec la course à pied et son lot de galères !

C’est alors que vient ce jour de Janvier 2014 où je me dis que ce n’est plus possible, que je ne peux plus me regarder dans une glace, déjà physiquement je me trouve grosse mais surtout je déteste ce que je suis devenue ! Une nana de 24 ans, totalement sédentaire, qui passe sa vie à manger plus qu’il ne faudrait et à boire – Vous vous doutez bien que je ne parle pas d’eau ici – (beaucoup plus) qu’il ne faudrait ! (Sympa le portrait hein !) Mais c’est pourtant véridique ! Moi qui avait toujours pratiqué du sport je me suis retrouvée à m’empiffrer sans aucun filtre (jamais je ne me suis dit « France, s’enfiler 3 saucissons, 6 paquets de chips, 3 camemberts et 4 tablettes de chocolat, c’est pas hyper bon, JAMAIS !!!) Je vois déjà vos regards horrifiés en devant vos ordinateurs. Oui oui j’étais capable d’avaler tout ça en toute conscience et sans réaliser une seule seconde que je détruisais mon corps petit à petit.

Donc tout ça pour dire que je décide de me mettre à la course à pied ! (sans trop y croire il faut bien le dire !) mais par nécessité, tout simplement parce que je suis une (grosse) loque et que ce n’est plus possible de vivre comme ça. Bref, je reprends ma vie en main en me foutant un énorme coup de pied à mes grosses fesses ! 😀

Alors première tentative de pseudo running : j’enfile les fameuses baskets faites sur mesure que j’ai retrouvées au fond d’un carton, un vieux tshirt troué par les mites et un vieux jogging (pas du tout sexy), en me disant que je vais vivre un CAUCHEMAR ! Pour une fois j’avais vu juste ! Après 500 mètres (et toute ma volonté d’alors), je m’arrête, à bout de souffle, en sueur, rouge comme un coquelicot en me disant que JAMAIS je n’y arriverai et qu’en plus de ça j’étais RIDICULE ! (oui j’ai pas précisé que c’était au mois de Janvier et que moi je dégoulinais de sueur comme si je sortais de ma douche !). Je me suis assise et j’ai (encore) pleuré. Et là je me suis dit que ça faisait des mois voire des années que je me laissais aller, que la reprise ne pouvait pas être simple mais que j’allais remonter en selle et y arriver ! Je me suis bottée le c** jusqu’à faire 5 km en alternant marche et course (Oui parce que quand même, je m’étais boostée mais j’étais toujours incapable de courir plus de 500 m :D). Je suis rentrée chez moi en étant crevée, vidée physiquement et moralement mais heureuse de l’avoir fait ! J’ai regardé mon parcours sur mon application (à l’époque j’utilisais Nike plus running pour ceux qui se poseraient la question !) et là je me suis dit « demain d’essaye d’aller un peu plus vite ! ». La machine était lancée ! Le lendemain je recommençais et le surlendemain aussi ! Jusqu’à courir 5 ou 6 fois par semaine (à chaque fois entre 45 minutes et 1h15, toujours en alternant marche et course mais en réduisant le temps de marche petit à petit !). Et au bout de quelques semaines, le GRAAL ! 10km parcouru ! (en 1h25 😀 ) Donc oui temps pourri mais j’avais quand même réussi à bouger mon culcul pendant 1h25 ce qui constituait un miracle de volonté pour moi ! J’ai commencé à prendre du plaisir à courir, tout simplement parce que c’était de moins en moins dur et que je profitais de ce moment pour me vider la tête. Je me suis faite une PLAYLIST de mes chansons préférées et là c’était parti ! Et puis la course à pied le soir après le boulot ça permet de se vider la tête ! J’ai aussi découvert des petits moments de bonheur que je ne soupçonnais pas : assister au lever ou au coucher de soleil, découvrir de nouveaux recoins et paysages, courir en bord de fleuve avec une petite brise, bref chopper des petits moments de BONHEURS par ci par là !

La course est donc devenue un EXUTOIRE, une vraie soupape, un BESOIN ! (Qui l’eut cru ?!?!)

J’ai couru quelque temps 6 fois par semaine, jusqu’à ressentir une douleur aux tendons d’Achille qui m’a stoppée net. (Oui 6 fois par semaine c’est TROP !). J’ai donc arrêté quelques semaines puis repris doucement. J’ai couru petit à petit 15, 18, 21, 25 et enfin 30km, mon RECORD ! Inutile de vous préciser que ça fait mal aux jambes mais QU’EST-CE QUE C’EST BON ! Et puis, après on est contents de l’avoir fait ! Pour moi le plus important c’est le temps de course, la distance, aucun objectif de vitesse ou presque puisque j’essaye de rester dans ma zone de brûlage de graisses quand je cours, zone de confort total pour moi aux alentours de 145/150 pulsations minutes ! Impossible de faire des records absolus comme ça donc ! Ces sorties représentent encore aujourd’hui 80/85% de mon temps. Le reste je pousse plus et je m’arrache ! Mais j’avoue que pour moi la vraie souffrance est dans le fait de courir longtemps, c’est là que je repousse mes limites, là que je me sens bien ! Alors je fais ça ! Tout simplement parce que je sais que je ne ferai jamais tomber des records, mais que franchement je m’en fous tant que je suis HEUREUSE de faire ce que je fais, rien d’autre n’est important ! )

J’essaye de me stabiliser aux alentours de 3 sorties running par semaine. Parfois 2 parfois 4. Rarement moins, jamais plus ! Et oui, découverte pour moi, il faut S’ECOUTER ! Lorsque le corps fatigue il faut s’avoir l’écouter, tout simplement avant qu’il ne soit trop tard ! La course est donc aujourd’hui un véritable PLAISIR, nécessaire à mon épanouissement et à ma vie ! A cela j’associe parfois du vélo (d’appartement) et de la corde à sauter ! Pourquoi le vélo d’appartement vous allez me demander ? Tout simplement parce que je déteste le vélo classique ! Le vélo d’appartement ça me permet de faire autre chose en même temps ! (Par exemple, devant le match de foot ce soir, e suis sûre de pédaler au moins 1h45 🙂 ). La corde à sauter c’est excellent aussi ! Plus physique que la course ou le vélo, plus intense mais excellent pour le cœur et le brûlage de graisse ! Sans compter que 15min de corde équivaut à peu près à 30/45 min de running ! Donc quand j’ai peu de temps, hop corde à sauter ! C’est efficace, ça crame, ça affine, c’est le TOP ! (Seul problème, si, comme moi, vous n’êtes pas très douée, ça devient rapidement un peu rébarbatif de sauter pieds joints ! Mais bon on s’y fait !) Pour la corde j’ai commencé à faire 10 sauts, 20 sauts puis 50, 80. Aujourd’hui je peux enchainer 20 séries de 200 sauts ! Comme quoi … La persévérance ça paye ! Et puis à 8 ans, les petites filles font de la corde à sauter, alors c’est que tout le monde en est capable !

Cet article pour vous dire, à ceux qui hésiteraient à se lancer ! FONCEZ ! Essayez la course, vous allez voir ça payera ! Peu importe la vitesse, COURREZ et PERSEVEREZ ! Rome ne s’est pas fait en un jour, vous ne deviendrez donc pas marathonien en 3 semaines, mais peu importe ! Fixez vous des objectifs atteignables, et surtout ne dites plus, « je m’y mets demain ». J’ai repoussé pendant trop longtemps au lendemain, et ce temps là c’est du temps de perdu ! Donc hop une paire de baskets et.. en route ! (J’y reviendrai dans un autre article mais si vous voulez vous mettre au running, de BONNES CHAUSSURES sont nécessaires ! Sous peine de blessures, plus ou moins pénibles ! C’est LA partie de l’équipement qu’il ne faut pas négliger 🙂  )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *