Hep toi là, pourquoi tu cours ? - Comment j'ai changé de vie

Hep toi là, pourquoi tu cours ?

Aujourd’hui, lorsque j’ai chaussé mes chaussures de course à pied à 5h30 pétantes, je me suis posée la question : Mais pourquoi tu cours ?

 

Il y a 18 mois la réponse à cette question était simplissime : Pour perdre du poids.

Aujourd’hui, alors que j’ouvre les yeux à 4h30 et que la première chose que je me dis c’est « punaise trop chouette je vais pouvoir courir au lever du jour », je me dis que ma perception de la course a radicalement changée.

En effet, il y a 18 mois la course à pied était une contrainte. Je devais me botter les fesses pour aller courir. « Allez c’est bon pour toi ». Et puis, petit à petit j’y ai pris du PLAISIR. Pris du plaisir à prendre un moment pour moi et moi seule, au lever du jour ou après le travail, pour relâcher la pression.

Alors si la réponse à la question « pourquoi tu cours » est très personnelle, aujourd’hui après mes 10 km quotidiens j’ai quand même ma réponse. Enfin, mes réponses plutôt, parce que c’est en tentant de répondre de façon simple à cette question que j’ai réalisé combien la course à pied faisait aujourd’hui pleinement partie de mon quotidien, combien JE NE POUVAIS PLUS M’EN PASSER.

Alors pourquoi je cours …

Dans un premier temps pour avoir un moment à moi et à moi seule.  Chéri n’aime pas courir, alors même si parfois j’aimerais partager cette activité avec lui, je me dis que globalement c’est une CHANCE ! Cela me permet d’avoir mon activité à moi, ma soupape, le moment où je ne suis pas « nous » mais « je » ! En effet, j’ai parfois tendance à me mettre en retrait, à penser le « nous » avant le « je » justement. Et la course à pied c’est vraiment LA chose qui me fait du bien à moi, qui me recentre sur moi même, mes sensations, c’est mon PLAISIR !

Ensuite parce que la course me permet de décompresser. Lorsque je cours je ne pense à rien, absolument à rien. Et pour moi qui ai pour (mauvaise) habitude de tout rationaliser et de cogiter pendant des heures, je vous assure c’est REPOSANT ! (j’en vois qui se demande en quoi courir 10 bornes c’est reposant …) mais oui cela fait un bien fou de débrancher son cerveau quelques minutes et quelques heures, cela fait du bien de s’évader. Chose étrange, même si lorsque je cours je ne pense à rien, les solutions à des questions ou problèmes que je me posais apparaissent toujours plus clairement après une course ! La course à pied me permet vraiment de me vider la tête après une journée fatigante ou stressante, je me suis rendue compte que même fatiguée physiquement, aller courir quelques minutes me faisait le plus grand bien. De plus, je sens réellement la différence  l’absence de course à pied me rend aigrie, tendue, agressive !

Je cours aussi car cela m’en apprend un peu plus chaque jour sur moi ! Oui pour moi la course à pied a réellement (et est toujours d’ailleurs !) une véritable ECOLE  ! Je n’aurais jamais pensé pouvoir courir 40 km, je n’aurais jamais pensé dépassé les 10 d’ailleurs. Et je me suis accrochée. Cela a été DUR, EXTREMENT DUR meme, j’ai souffert, j’ai eu MAL, mais je me suis accrochée, j’ai continué alors que je ne m’en saurais jamais cru capable. Et ça c’est le plus beau des enseignements. La course à pied m’a aidée à prendre confiance en moi. Non pas parce que je sais que je peux courir 40 km, parce que ce n’est pas vraiment le genre de chose qui sert tous les jours, il faut bien l’avouer ! Mais parce que je sais que j’ai cette FORCE au fond de moi, cette chose qui fait que lorsque j’ai décidé quelque chose, je ne lâche pas, je plie mais ne rompt pas avant d’avoir réussi. Et ça c’est quelque chose qui peut se transposer à la vraie vie de tous les jours ! Apprendre à souffrir, apprendre à se surpasser, à donner le meilleur de soi même. Vous allez me dire, c’est pareil dans tous les sports ! Oui et non. J’ai pratiqué plusieurs sports avant la course à pied. Le judo, le tennis, le basket, le badminton. Et dans tous ces sports, il y a toujours un gagnant et un perdant. Autre façon de dire que si vous voulez gagner, pas le choix, il faut que l’autre personne ou équipe perde. Ce n’est pas le cas de la course à pied, et c’est cela que j’apprécie tout particulièrement. Alors effectivement lorsque vous prenez le départ d’une course avec 5000 personnes, on peut penser qu’il y aura 4999 perdants et que du coup il vaut mieux se tourner vers le tennis ou le baskets, au moins vous avez une chance sur 2 ! Mais la course à pied c’est d’abord une compétition avec soi même ! Et c’est cela que j’aime particulièrement. Le but : donner le meilleur de vous même, vous surpasser, avancer coûte que coûte. Et c’est en cela que la course est MAGIQUE. Sur 5000 personnes, 5 ou 10 seulement pensent à gagner la course. Les autres pensent en terme de dépassement de soi, de record personnel et de fierté de l’avoir fait, et c’est cela qui est CHOUETTE ! Alors que j’écris ces mots je me souviens d’une phrase d’un de mes anciens entraîneurs de tennis qui me disait « peu importe comment tu gagnes, l’essentiel c’est de gagner ». Chose que je n’ai jamais intégrée. J’étais incapable de jouer un jeu différent du mien, incapable de faire « déjouer » l’autre plutôt que de jouer moi même pour gagner – c’est d’ailleurs surement pour cela que j’ai souvent perdu ! Mais aujourd’hui je réalise à quel point cette mentalité était loin de moi, de ma vision des choses, de la personnes que j’étais et que je suis encore aujourd’hui.

Alors aujourd’hui pourquoi je cours ? Je cours pour me SURPASSER, je cours pour ÊTRE MOI, je cours pour prendre du PLAISIR, je cours pour SOUFFRIR, je cours pour ETRE BIEN, je cours pour être LIBRE, je cours pour VIVRE PLEINEMENT, tout simplement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *