Comment j'ai changé de vie

On ne sait jamais que ce sera la dernière fois

[ Si j’avais su, si j’avais su, si j’avais su …]

Les larmes envahissent mes joues, tellement que mes épis rebelles sont maintenant plaqués à mon visage.

Punaise si j’avais su. 

Si j’avais su que c’était la dernière fois que je la voyais, j’aurais fait tellement plus. Ou mieux.

Différemment en tous cas. 

Je l’aurais serrée plus fort. Plus longtemps. Je lui aurais dit des mots plus doux et puis j’aurais tenu sa main encore et encore. Et puis caressé sa joue. J’aurais essayé de trouver des mots plus justes. Je lui aurais dit (et répété) combien elle comptait, combien je l’admirais.

On aurait surement chantonné cette chanson que l’on écoutait en boucle dans les couloirs du métro et puis je lui aurais listé tous les bons moments que l’on avait passé ensemble [D’ailleurs, on y serait encore tant ces moments sont nombreux, et écrits à l’encre indélébile dans ma tête].

Mais on ne sait jamais que ce sera la dernière fois. 

La mort est une traîtresse, bordel. 

Aujourd’hui je ressens de la colère. Envers moi, envers la vie, la mort et puis le monde entier. Je crois que cela fait partie des étapes du deuil. Alors si c’est une étape, il y a peut être une chance que cela s’apaise un jour dans ma tête, et dans mon cœur.

Peut être, ou peut être pas.

On ne sait pas que ce sera la dernière fois. Si j’avais su.

Et puis il faut continuer à avancer, à sourire, à rire.

Bref, il faut continuer à vivre, malgré tout, malgré toi.

Ça c’est dur. Ça fait mal.

Un peu comme si on me glissait un poignard au creux de mon cœur et que l’on prenait un malin plaisir à triturer le tout [ sadique ].

Mais je me suis jurée une chose, de vivre chaque moment comme si c’était le dernier. 

Pour ne plus avoir de regrets. 

13 commentaires sur "On ne sait jamais que ce sera la dernière fois"

  1. Elisabeth dit :

    c’est exactement ce que j’ai ressenti quand j’ai perdu ma grand-mère!!! Oui, cela s’apaise avec le temps mais elle me manque. J’aimerais qu’elle soit là pour me guider, me conseiller. Je l’aimerai toujours, c’est la seule chose de sûre. <3

    1. France Rigal dit :

      C’est « marrant » je parlais de ça il y a quelques jours avec Flo. Je lui disais que mon grand père et ma maman étaient là en tous cas qu’ils me voyaient. Je ne sais pas si j’y crois vraiment mais en tous cas cela me fait du bien de penser ça, qu’ils verront le mariage du creux de la lorgnette et qu’ils sont un peu parmi nous même s’ils sont non « palpables ». J’aime à penser que le lien qui nous unit aux gens qu’on aime ne se termine pas avec la mort. C’est un peu naif mais ça fait du bien. Enfin ça me fait du bien 😉

      1. Elisabeth dit :

        J’aime à penser la même chose et là je me dis qu’en ce moment elle ne doit pas être très fière de moi.

        1. France Rigal dit :

          Sûre qu’elle te botterait les fesses, comme ma maman le ferait avec moi à ce moment même ! courage petit chat <3

          1. Elisabeth dit :

            Je te confirme c’est sure même!!! Courage à toi aussi ma belle ❤️

  2. maryse dit :

    c’est tellement vrai.j ai perdu mon papa et j’en ai tellement souffert. quand il était la ,il y avait plein de choses à dire mais on ose pas toujours .parceque justement on veut conjurer le mauvais sors et se dire que ce sera pour la prochaine fois . et quand il est trop tard on s’en veut on en veut à la terre entière parcequ’on a pas eu le temps . en réalité j ai été lâche . j ai fui l hôpital , la maladie ,la mort elle même. je suis partie en lui disant tout bas » on t’aime papa ». et je regrette de ne pas l avoir crié . de ne pas avoir passé pas de temps à le lui dire mais c’est trop tard….

    1. France Rigal dit :

      Je comprends tout à fait ce que tu ressens malheureusement … Mais je crois qu’on ne réagit jamais bien à ce genre d’événements, on réagit comme on peut sur le moment et c’est déjà pas mal … Du coup il faut fuir la culpabilité je pense à partir du moment où on ne peut pas revenir en arrière et puis continuer à avancer, pour eux, pour nous. Je t’embrasse fort <3

  3. Claire dit :

    Il y a bientôt deux ans j’ai perdu une de mes plus proches amies. Foutu cancer.
    Quelques semaines avant, je lui avais annoncé mes fiançailles au téléphone. Avec une amie commune, on avait prévu d’aller la voir le mercredi ou le jeudi. Elle est partie le mardi.
    une semaine avant, elle m’avait appelé. Le mercredi avant, on avait échangé des textos. J’ai appris son décès et j’ai pris une grande claque dans la tronche.
    Il a fallu préparer ses obsèques. Lui dire des mots d’adieu dans une église bondée. Je regrette tellement de ne pas lui avoir dit quand elle pouvait les entendre. Mais souvent, je lui parle. Je lui raconte plein de choses.
    Le jour de mon mariage, quasiment un an jour pour jour après son départ, j’ai pensé à elle tellement fort que je sais qu’elle était là.

    Depuis le 6 mai 2014, elle m’accompagne. Je sais qu’elle n’est pas loin et je sais ce qu’elle me dirait dans certaines situations. Il m’a fallu de temps pour ne plus être en colère de sa mort, même si je le suis encore parfois. Je n’ai pas réussi à aller plus d’une fois sur sa tombe. Mais je suis faite tatouer une étoile pour elle dans le dos, comme ça, d’une certaines façon, elle est toujours derrière moi.
    Et la plus belle façon de lui rendre hommage, c’est de savourer chaque moment, chaque instants. Je dis aux gens que j’aime que je les aime, je profite de la vie.

    En fait, la douleur ne passe pas réellement. Elle s’atténue et elle devient une force.

    Bref, je suis désolée, j’ai raconté ma vie. Je voulais simplement te dire que je comprends tout ce que tu ressens, et je te souhaite plein plein de courage et de force pour traverser tout ça.

    1. France Rigal dit :

      Merci pour ton mot Claire 🙂
      Je me marie en Juin aussi, ton message résonne encore plus fort du coup …
      Je suis d’accord avec toi, la douleur ne part jamais totalement mais s’amenuise avec le temps. Je fais pareil, je parle à mes « invisibles » pour qu’ils ne soient pas des absents. Et en effet,vivre pleinement est la meilleure des choses à faire puisque clairement on n’a pas de pouvoir sur le reste …
      Merci encore <3

  4. Agathe Tanguy dit :

    Je ressens ça aussi pour ma grand-mère, elle a alzeihmer. Le nombre de fois où je me dis « si j’avais su » « si elle pouvait me voir ». Et quelque part le fait qu’elle n’est pas vraiment partie c’est difficile aussi. Bref je comprends ce que tu ressens, courage !

  5. Amélie dit :

    Ma soeur (de 20 ans) a perdu son amoureux le mois dernier (mort dans un accident de voiture à cause de son con de copain qui voulait faire le malin à 19 ans au volant de son audi TT), il n’avait que 21 ans. Et j’ai eu énormément de regrets aussi par rapport à lui, je m’en suis beaucoup voulue pour différentes raisons. En tout cas son décès a été un choc (j’étais en session d’examens en plus).

    On « fêtera » bientôt le premier mois de son départ, et 4 jours après ça fera un an que ma grand-mère est partie aussi. Autant j’ai souffert de sa perte, autant ça m’a complètement chamboulée aussi dans le bon sens (ça faisait 4 ans que je pétais un véritable câble à cause de deux événements négatifs dans ma vie). J’ai remarqué qu’il y avait bien pire dans la vie (perdre ceux qu’on aime), que la vie est courte, qu’il faut en profiter un maximum et se focaliser sur le positif, sur ce qui fait du bien et jeter à la poubelle le mauvais (même si certaines séparations font mal, mais aujourd’hui il n’est plus question pour moi de m’entourer de personnes négatives etc). J’apprends à moins râler, à moins juger négativement, aujourd’hui je préfère encourager les autres et vivre pleinement ma vie et comme je l’entends (parce que je ne fais de mal à personne en la vivant comme je la vis).

    Perdre des gens qu’on aime est affreux, mais je pense qu’il faut, au maximum, en tirer du positif aussi, c’est-à-dire apprendre à voir les choses autrement comme ta dernière phrase sur cet article. Que ça nous permette de vivre davantage activement, d’aimer (et de le montrer) ceux qui restent tant qu’ils sont encore là.

    J’ai toujours été très athée mais depuis le décès de ma grand-mère, et aujourd’hui avec le décès de mon beau-frère en plus, j’aime penser qu’ils sont dans ce que j’appelle « l’univers infini des étoiles », et je regarde souvent le ciel (que j’apprécie de plus en plus). Et ça fait du bien, ça rassure. J’espère vraiment qu’on se retrouvera tous quelque part ensuite. 🙂

    Courage à toi, en tout cas je pense que ta douleur est de toute façon ta force d’aujourd’hui !

    1. France Rigal dit :

      Je suis tout à fait d’accord avec toi et cela se vérifie vraiment dans mon histoire, mes douleurs d’hier sont aujourd’hui mes forces, il faut juste prendre le temps de digérer et puis retrouver le courage d’aller de l’avant !
      Je ne sais pas en quoi je crois non plus mais je me plais à croire qu’en effet il y a une sorte de continuité, enfin un je ne sais quoi qui fait que ma maman et mon grand père sont là, pas loin et qu’ils m’aident. Parfois je leur parlent – j’imagine qu’ils ne sont pas loin, ils sont ma force. 🙂

  6. Myriam dit :

    Je me retrouve tellement dans ton texte, tes mots, ayant perdu mon grand-père il y a 2 semaines et demi, sans qu’on s’y attende. Le seul grand-parent qui me restait.
    J’arrête pas de me dire « si j’avais su » … même si au fond de moi je sais que se dire des choses comme cela c’est se faire encore plus de mal..

    Et comme toi je me dis qu’il est la près de moi, qu’il veille sur moi et qu’il est fier de moi, de nous tout ses petits-enfants. Qu’il sera fier quand j’aurai fini mes études, fier quand mon frère, ma cousine et mon cousin fêteront leur 18 ans au mois d’avril prochain, fier quand mon cousin de 5 ans dit  » alors papi il faut qu’il y est un prince charmant qui vienne le réveiller comme pour la belle au bois dormant », fier de nous tout simplement.
    Je sais qu’il est là à nous regarder.

    Mais parfois je ne réalise pas c’est encore trop tôt, puis subitement je me dis que je ne le verrai plus jamais et la les regrets reviennent encore et toujours.

    En espérant que tout ces « si j’avais su » deviennent également ma force avec le temps et que la douleur s’apaise ….

    J’ai une photo de lui sur mon bureau, je lui parle tout les matins et tout les soirs . Et la nuit je me regarde plus souvent les étoiles dans le ciel.

    En tout cas ton blog est super, j’aime beaucoup ton style d’écriture et tes textes. Je te souhaite plein de courage aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *