Et si on arrêtait d'avoir peur ? - Comment j'ai changé de vie

Et si on arrêtait d’avoir peur ?

[Pour prendre son envol il faut découvrir ce qui nous donne des ailes] – Auteur Inconnu. 

Aujourd’hui, je me suis réveillée en ayant pris une décision importante : ARRÊTER D’AVOIR PEUR.

Oui cela peut paraître stupide mais j’ai passé 25 ans à avoir peur et aujourd’hui je suis fatiguée de cela, je suis fatiguée et j’en ai MARRE !

Marre de devoir vivre à 20% parce que j’ai peur. Alors peur de quoi ? Peur d’à peu près tout en fait. De l’échec, de ne pas être bien comme il faut, de ne pas être tout à fait dans la norme, de faire les choses un peu différemment, d’éternuer un peu plus fort que les autres, de marcher de travers ou encore d’aimer les chaussures jaunes. Marre d’avoir peur de mourir à chaque angine. Marre d’avoir peur de ne pas être à la hauteur, de décevoir, d’être pas assez bien.

Mais pas assez bien pour quoi, pour qui ?

Et puis ça veut dire quoi « être quelqu’un de bien » ?

Au final à passer trop de temps à essayer de plaire aux autres, à être bien comme il faut, on oublie la chose la plus importante : être soi-même. Pas la personne que les autres voudraient que l’on soit mais la personne que l’on est vraiment au fond de nous. Et aujourd’hui j’ai compris que c’était bien ça l’important. ça et rien d’autre.

Souvent les conventions sociales, le poids de l’entourage, des amis, de la famille nous font un peu oublier ce que l’on veut vraiment, qui l’on est vraiment. Parce que « pour faire bien » ou « pour être quelqu’un de bien » il faut « faire ça ». Telles études, tel parcours, il faut travailler à tel endroit et s’habiller de telle façon. Et surtout rester bien dans les clous.

Et bien NON.

Pour moi être quelqu’un de bien c’est être quelqu’un de généreux, d’honnête, de tolérant, d’aimant. Et puis être bien dans sa tête et dans son corps. Et pour cela il faut être en accord avec soi même, faire les choses qui nous font vibrer, qui nous font vraiment du bien.

Et parfois ces choses là elles ne sont pas franchement en accord avec « ce qu’il faut faire pour être quelqu’un de bien » au regard de la société et/ou de nos proches.

Et aujourd’hui, pour la première fois de ma vie, j’ai décidé de m’en foutre. 

Pour la première fois j’ai osé tenir tête à mon père en lui disant « Non« . Non je ne reprendrai pas mes études pour être expert comptable  – ni maintenant ni dans 1 an ni même jamais – Pourquoi ? – Parce que j’aime pas la compta, ça m’ennuie à mourir et puis même que ça me donne la nausée – oui mais y’a du boulot dans ce domaine – oui mais NON.

Et voilà. J’ai osé dire NON.

Et ce non m’a fait un bien fou.

Alors évidemment quand j’ai expliqué « moi j’aime écrire, j’aime la cuisine, j’aime aider les gens par dessus tout c’est ça qui me fait vivre » – il a bondi – et puis il a compris.

Alors voilà – non ce n’est pas un choix de « carrière », c’est un choix de cœur. Je vais peut être dans le mur. Peut être. Mais pour la première fois je l’assume. J’assume de faire un choix pour la première fois de ma vie. Quand je parle de choix je parle d’un vrai choix. Pas du choix que l’on pense avoir fait et qui au final était dicté par tout sauf ce que l’on voulait / ce que l’on était vraiment – je dis ça parce que ces choix là j’en ai fait des TONNES !) Mais aujourd’hui j’ai fait un VRAI choix, enfin plusieurs même : Celui de choisir où je voulais aller dans ma vie, celui de faire ce qui me faisait vibrer, ce qui me faisait être réellement moi. Aujourd’hui j’ai décidé d’être HEUREUSE, de VIVRE PLEINEMENT, Aujourd’hui j’ai décidé d’arrêter d’avoir PEUR.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *