Apprendre à aimer son corps - Comment j'ai changé de vie

Comment j'ai changé de vie

Apprendre à aimer son corps

Apprendre à aimer son corps … Vaste sujet et – très – souvent, gros travail de rééducation à faire, particulièrement sur nous, les femmes [ d’ailleurs, messieurs, si certains d’entre vous passent par là, votre avis m’intéresse : Vous aussi vous êtes complexé ? ]

Notre perception de nous varie en fonction de nos humeurs, de notre nombre d’heures de sommeil, du repas de la veille, d’une discussion avec untel ou untel.

Bref, nos relations avec notre reflet dans le miroir sont très souvent complexes, ambivalentes (voire carrément conflictuelles).

Alors je vous parle ici de mon cheminement et de comment apprendre à aimer son corps [ on appelle aussi cela le HAPPY BODY ! ]

 

  • Arrêter de se comparer : Je crois que c’est la première chose à mettre en place, vraiment et définitivement. Cesser de se comparer. Nous n’avons pas tous la même morphologie, le même « historique corporel », nous avons un corps différent à 20 ans et à 40, de même qu’avant et après une grossesse. Il faut donc arrêter de se comparer et de prendre des modèles irréalistes. L’idée c’est de faire soi au mieux, avec son corps, ses contraintes (physiques, personnelles, professionnelles).
  • Prendre soin de soi : Autre chose primordiale dans ce processus d’acceptation de soi et de son corps je crois c’est de prendre soin de soi. Alors on va chez le coiffeur, on change sa garde robe, on fait un gommage du visage, on se chouchoute. C’est cette image que nous reverra le miroir !
  • Se mettre au sport : Alors oui le sport vous permettra de vous sculpter (et probablement de perdre du poids) mais il permet aussi de vous faire du bien à la tête, d’intégrer une routine positive, de vous valoriser. Et c’est primordial !
  • Etre bienveillant(e) avec soi même. On est souvent très dur avec soi même (bien plus que nous pouvons l’être avec les autres d’ailleurs !). Je pense qu’il est très important d’apprendre à être bienveillant avec soi même, se répéter que l’on est belle, noter les points positifs de son physique (si si, il y en a j’en suis sure !). Apprendre à se regarder d’un autre œil, aussi. Votre corps n’est pas parfait, je vous rassure, c’est le cas pour tout le monde. L’idée est de ne pas vous focaliser sur ce qui ne vous plait pas chez vous mais d’apprendre à mettre en valeur ce que vous aimez.
  • Etre à l’écoute de son corps : Au lieu de penser « corps », il vaut mieux penser « bien être« . Cette approche a changé littéralement changé ma vie (vraiment). Et aujourd’hui c’est celle que j’essaye de transmettre en coaching et sur les réseaux sociaux. Ne pas se focaliser sur une partie de son physique à changer mais plutôt sur un bien être global. Etre à l’écoute de son corps, se reposer lorsque l’on en ressent le besoin, manger plus ou moins selon son degré de faim, revoir son activité physique en fonction de sa forme du moment et de ses envies.
  • Accepter : Il y a forcément des choses dans votre physique que vous ne pourrez pas changer (sauf à grands coups de bistouri mais ce n’est pas le but !), il s’agit alors de les accepter ! Il ne s’agit pas ici d’être fataliste mais d’accepter que nous sommes tous par définition imparfaits et par conséquent d’apprendre à aimer cette singularité. Il en est de même pour la vie en général. Il y a certaines choses sur lesquelles nous n’avons aucune prise. Plutôt que de se focaliser dessus, les accepter et lâcher prise sur le sujet. Votre corps, c’est votre histoire. Il y a des traces de prise / perte de poids, de grossesses, des cicatrices, des blessures. C’est normal et c’est ce qui fait de vous un être singulier et qui mérite d’être aimé, pour cette enveloppe mais aussi et surtout pour ce qu’il y a à l’intérieur.
  • S’apporter de l’amour autrement : Nous ne sommes pas seulement un corps. Trouver d’autres activités telles que la méditation, le yoga, la peinture. Des activités qui vous plaisent, qui vous permettent de vous épanouir et de vous apporter de l’amour d’une autre façon.

 

En espérant que cet article vous plaira et vous aidera à trouver des pistes …

Souriez, brillez, aimez vous !

Source photo 

11 commentaires sur "Apprendre à aimer son corps"

  1. Elyane dit :

    Hello France,
    Ce post me parle beaucoup ! Surtout en ce début d’année où les bonnes résolutions pleuvent, j’ai vraiment envie de me recentrer sur moi-même et penser à mon corps comme mon meilleur ami, que je dois entretenir et chérir, en fonction de ses besoins. C’est vraiment facile de se comparer aux autres, et quand on a un petit coup de blues, rien de pire pour aller encore plus mal… C’est pas facile de toujours savoir écouter son corps, mais j’essaie 🙂 je me mets petit à petit à la méditation, que j’essaie de pratiquer en rentrant du boulot le soir. Ca me fait du bien de me recentrer sur ce qui est vraiment important et je trouve que ça aide (même si honnêtement, même si ça ne dure que 10 minutes, c’est pas évident pour moi de ne pas faire autre chose en même temps !! ^^)
    Merci en tout cas, ton blog est toujours bienveillant !
    Bonne journée !

    1. France Tronel dit :

      Merci beaucoup Elyane, tu verras pour la méditation c’est vraiment une question d’habitude, ensuite cela vient tout seul. Je te conseille les travaux de Christophe André et de Fabrice Midal qui sont vraiment très riches et qui permettent de lacher prise sur tout ça :). En tous cas c’est une bien belle résolution à tenir pour cette nouvelle année sous le signe de l’apaisement et de la bienveillance donc ! A très vite !

  2. Claire dit :

    Super article !!

  3. Luminet dit :

    Bonjour France .
    Pour repondre a ta demande d’informations sache que mon mari est un ancien gros qui fait du S/XS maintenant et qu’ils ne se passe pas un jour sans qu’il me dise en se regardant dans le miroir « je suis grooooos »
    Et dans ces moments là je lui dit qu’il est absolument tres bien et lui rappelle qu’il fait du xs…malheureusement ce sujet chez l’homme est pas souvent évoqué

    1. France Tronel dit :

      oui je comprends tout à fait … La persistance de l’image fait des ravages …
      en effet l’homme est souvent oublié dans ces problématiques (qui sont quand même majoritairement féminines il ne faut pas le nier ..) pour autant il existe aussi des troubles du comportement alimentaire et/ou de l’image chez l’homme et c’est vrai qu’on a tendance à les oublier … D’ailleurs quand on lit sur le sujet on traite surtout des jeunes filles à la (pré) adolescence alors que les cas de figure sont vraiment multiples ..

  4. Boulette dit :

    Super article très bien écrit comme d’habitude 😉 Mais vaste chantier que de s’aimer… 😉

    1. France Tronel dit :

      Oui très vaste ! (et long :))

  5. GENEVIEVE dit :

    J’aime beaucoup votre blog et me suis empressée de lire cet article mais c’est tellement complexe….tout se passe dans la tête et même si les autres peuvent nous trouver bien et ne pas comprendre nos problèmes de poids, il y a des choses tellement enracinées en nous….. On ne se défait pas vite de certains systèmes mentaux et prendre soin de soi compte beaucoup c’est vrai, faire du sport est sensationnel aussi mais que de chemin à parcourir pour en arriver là (je suis d »accord avec le commentaire précédent)
    Merci pour ce blog si bien! Dommage que vous ne soyez pas dans le secteur sud-ouest, je me serai déplacée volontiers pour vous voir mais là ça me fait un peu loin…

    1. France Tronel dit :

      Ah non, ce n’est pas simple, il n’y a pas grand chose de simple ou qui tombe tout cuit globalement dans la vie, je pense que c’est un cheminement, mais c’est vraiment chouette !

  6. Brutesse dit :

    Bonjour,

    Souffrant moi même d’une silhouette atypique (très très grande, très très maigre, zéro seins, zéro fesses), je passe mes journées à me comparer aux « vraies femmes », notamment parce que la société me rappelle sans arrêt que je ne suis pas  » normale « . Je pense que l’industrie du vêtement devrait commencer à tailler pour vraiment tout le monde, et arrêter d’exclure tout ce qui ne rentre pas exactement dans leur moule (trop gros, trop maigre, trop petit, trop grand, trop noir, trop blanc et je ne sais qu’elles autres conneries).
    Dans mon cas, ce qui est le plus difficile, c’est que partout où je cherche, les femmes font la chasse aux bourrelets, l’acceptation est souvent orientée sur les kilos en trop. Nous les maigres complexées nous sentons exclues par l’omniprésence de ces considérations, alors que le fait de vouloir grossir nous fait passer pour des connasses (c’est le mot qu’on utilise le plus à mon égard quand je parle de mon poids) !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *