Courir en ville, mode d'emploi - Comment j'ai changé de vie

Courir en ville, mode d’emploi

Certains d’entre vous ont surement la chance de courir à la campagne / mer / montagne (je vous envie !!) mais personnellement j’habite en ville, la plupart de mes sorties se font donc au milieu des voitures, piétons et autres bonheurs du coureur citadin !

[ Bien sur pour mes sorties longues je m’arrange pour « m’exiler »]

Courir en ville nécessite le respect de quelques règles, que je vous développe ici

1- La tenue [hyper important]

Quand j’ai commencé la course à pied j’ai acheté une paire de chaussures et puis c’est à peu près tout. Et puis petit à petit j’ai compris l’importance de la tenue dans son ensemble. L’hiver notamment. Beaucoup plus agréable de courir avec un tshirt respirant qu’avec un tshirt en coton qui colle à la peau. Mais aussi en terme de sécurité ! Il est vraiment important d’être VISIBLE lorsque l’on court (en ville ou à la campagne, peu importe, nous sommes des piétons donc vulnérables !). Dotez vous d’une tenue réfléchissante (personnellement j’ai des bandes réfléchissantes sur ma veste ainsi que des serre poignets / chevilles – vous savez les trucs des cyclistes – pas très glamour mais très efficace ! ]. En ce moment il fait nuit tôt, cet équipement est donc primordial pour éviter des accidents.

Les chaussures sont aussi primordiales ! Attention à en choisir avec un très bon amorti (précisez au vendeur que vous courrez en ville) et si vous avez ou avez eu un soucis particulier (blessure, tendinite …) je vous conseille vivement de consulter un podologue.

2- Les horaires 

Dans la mesure du possible il vaut mieux éviter les pics d’affluence pour éviter de se retrouver le nez (et les poumons) directement dans les pots d’échappement. Personnellement je cours tôt (6/7 heures), l’air est beaucoup plus respirable qu’à 18 heures, même si ce n’est pas l’idéal ! L’autre avantage de courir le matin c’est qu’il y a moins de monde sur les trottoirs (et puis que cela permet de commencer la journée du bon pied ! )

3- Etre prévoyant 

Alors personnellement je pars toujours avec : 5€ (ou ma CB), un ticket de bus, une barre de céréales, de quoi boire et des mouchoirs [ On ne sait jamais ! ]. C’est bête mais on n’est jamais à l’abri d’une blessure ou d’un coup de fatigue [ ou d’un énorme orage ] – Bref il vaut mieux être prévoyant !

4- Etre PRUDENT !

Courir en ville c’est être en relation avec de (nombreux) autres usagers (automobilistes notamment). Il convient donc de faire particulièrement attention : Ne pas descendre des trottoirs (mieux vaut ralentir quelques secondes pour doubler un piéton que se faire renverser par une voiture), faire attention aux rails de tram et aux vélos [ Je suis bien placée pour vous dire qu’on les oublie souvent mais qu’une collision avec un vélo cela peut faire mal ! ]. Bien sur respecter les feux [ tant pis pour le chrono, la sécurité avant tout ! ] et les piétons. [ Le trottoir ne nous appartient pas ].

De même, si comme moi, vous courrez avec de la musique sur les oreilles, attention à ne pas mettre le volume trop fort pour ne pas vous couper totalement de l’environnement autour… Courir en ville cela nécessite d’être particulièrement vigilant ! 

5- Jouer avec l’environnement

Alors la ville c’est globalement galère mais cela peut aussi permettre de varier vos entraînements ! Par exemple vous pouvez introduire dans vos séances des escaliers, des montées et descentes , des sprints… Bref de faire d’une contrainte un atout !

 

Et vous, votre expérience ?

Des astuces pour courir en centre ville ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *