Je change de vie : oui mais, et les autres ? - Comment j'ai changé de vie

Je change de vie : oui mais, et les autres ?

Depuis que je fais du coaching, cette question ou plutôt cette interrogation revient de façon récurrente : Je change de vie : oui mais, et les autres ?

Que vont-ils en penser ? Vont ils me soutenir ? Et si cela ne leur convenait pas ? …

Lorsque j’ai décidé de changer toutes mes habitudes il y a maintenant plus de 3 ans, j’ai été confrontée à une multitude de freins, de résistances, de jugements de la part de mon entourage [ et encore, je ne pense pas honnêtement avoir été confrontée au pire ] : Entre les personnes qui pensent que vous êtes subitement devenu déprimant / triste / pas drôle (il n’y a pas de mention inutile) parce que vous avez décidé de vous sevrer de votre cuite quotidienne (oui, vous avez bien lu), ceux qui pensent que le végétarisme se résume à manger des graines et des légumes crus ( arf ), ceux encore qui ricanent en vous demandant  » si vous comptez perdre un os à force de courir  » ou encore qui vous demandent « combien de temps va durer votre régime ». Vous n’êtes pas rendus.

Et pourtant, je peux vous le dire d’expérience, cela passe.

Et les personnes dubitatives voire récalcitrantes au départ se montreront peu à peu intéressées par votre nouveau mode de vie.

En fait, je crois que l’essentiel est de faire les choses pour soi et surtout de faire des choses qui nous ressemblent et qui nous rendent heureux / bien dans notre peau et dans notre tête. 

Un exemple tout bête : ne vous mettez pas au fitness ou ne vous inscrivez pas dans une salle de sport parce que c’est à la mode ! Si vous préférez faire toutes les semaines de la natation ou bien de l’escalade, foncez, prenez y du plaisir, rayonnez ! C’est cela que verra votre entourage.

Ne devenez pas végétarien / vegan pour faire « bien ». Faites le si et seulement si cela vous permet d’être en phase avec vos convictions, avec qui vous êtes et surtout avec la personne que vous avez envie de devenir.

Lorsque l’on est bien, en phase, serein, cela se ressent et l’entourage le remarque. Et les plus réticents / réfractaires du début ne peuvent alors qu’admettre que ce changement est bénéfique pour vous [ et donc revoir leur jugement ou du moins, le taire ].

En un mot : faites les choses pour vous, soyez votre propre moteur. Et vous verrez, les autres suivront [ ou pas, mais après tout, ce n’est pas votre problème ! ]

Photo : Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *