Savoir dire non - Comment j'ai changé de vie

Comment j'ai changé de vie

Savoir dire non

Cela faisait un moment que je n’avais pas écrit de billet « humeur » sur le blog. Et je dois avouer que cela me manquait. Peut être pas à vous, mais à moi, oui.

J’aime partager mes recettes, mes coups de cœur, mes trucs et astuces, mais parfois j’ai aussi besoin, et envie de vous partager mes tribulations, mes questionnements, mes remises en question, mes cheminements. Et ce fameux « savoir dire non » est l’un de mes principaux cheminements de ces dernières années. En fait par « savoir dire non » il faut entendre, savoir se détacher, s’affranchir, sortir de sa zone de confort.

Pendant toute mon enfance mes parents m’on m’a appris à obéir (d’ailleurs, si vous passez par là, merci quand même hein !), à me conformer, à entrer dans un moule, à faire les choses bien, à m’identifier et à reproduire les modes de fonctionnement et de pensée d’un milieu social et culturel.

Du coup, j’ai été pendant 20 ans une élève modèle, appliquée, attentive, sérieuse. Une jeune fille qui ne disait jamais un mot plus haut que l’autre, qui n’avait pas beaucoup d’amis mais pas d’ennemis non plus. Qui s’exécutait sans sourciller lorsqu’on lui demandait quelque chose. En fait, j’étais fondue dans la masse, transparente, je ne faisais pas de vagues.

Et finalement,  cela m’a plutôt servi dans un premier temps. J’ai fait une longue scolarité (plutôt réussie), j’ai des amis sur lesquels je peux compter et puis je ne me suis mis personne à dos.

Oui mais voilà, moi dans tout ça, je suis où ?

C’est la question que je me suis posée il y a maintenant 2 ans lorsque j’ai décidé de tout changer dans ma vie. Quelles sont mes envies, mes aspirations ? Pas des objectifs bien comme il faut, non mais mes vrais rêves, sans tabou.

Qu’est ce que je souhaite faire de ma vie ? Qui suis je vraiment, moi, hors de ce milieu social ? Qu’est ce qui me fait vibrer, me lever le matin avec le sourire ? Qu’est ce qui me fait vivre ?

C’est ce qui m’a poussée il y a 2 ans à quitter un emploi bien comme il faut dans le secteur bancaire et puis à créer ma petite entreprise, à devenir coach et à entretenir au quotidien ce blog.

Au début, j’ai eu peur. C’était l’inconnu et pas vraiment conforme à ce qu’il « faut faire » pour être « quelqu’un de bien ». Oui, ça dénote un peu de travailler de chez soi, de ne pas enfiler un tailleur et des talons le matin et puis de faire un travail atypique. On ne compte pas ses heures, on travaille les week-end, on ne prend jamais de vacances, et puis c’est plus compliqué pour obtenir un crédit. Et pourtant, pourtant c’est ce qui me fait vivre. Je fais en moyenne 80 heures par semaine, mais toujours avec le sourire et puis avec le cœur. Et pour moi c’est l’essentiel.

Et il en est de même pour les autres choix de ma vie. Mon mariage, la ville dans laquelle je vis, le choix de mes amis et puis le fait de ne plus (pas assez) avoir ma langue dans ma poche.

Mais voilà, ce sont mes choix. 

Je ne regrette pas le cheminement pour en arriver là, même si j’admets volontiers que j’ai perdu quelques années à errer sans savoir où j’allais, ou plutôt en refusant catégoriquement de suivre mes aspirations profondes par peur, par conformisme, par envie et bien faire.

J’ai tout recommencé à zéro, et pour moi ce n’est pas un échec, mais un commencement. Le vrai, d’une nouvelle vie, d’un nouveau moi.

On a le droit de se tromper, de se perdre, de tomber, de recommencer. Cela ne signifie pas que l’on a tout faux, ce n’est pas un échec. C’est juste un changement de route, de direction.

Et aujourd’hui, c’est ce que j’aspire à faire au quotidien.

Suivre mes envies en étant fidèle à mes convictions profondes, à mon cœur. 

Bref, à ceux qui me lisent (j’espère quand même que vous serez quelques uns à être arrivés au bout de ces lignes – à la base je voulais un article court ...) : Apprenez à dire non, apprenez à vous affranchir des schémas de pensée qui nous étreignent souvent et puis déployez vos ailes, rêvez, aimez et surtout

soyez VOUS, avec toutes les imperfections, les ratages et les défauts qui font que vous êtes finalement unique et merveilleux ! 

18 commentaires sur "Savoir dire non"

  1. Vaness_newlife dit :

    Arrivée au bout! Tes articles sont toujours captivant alors on ne peut pas s’arrêter en plein milieu!
    Je te trouve très courageuse d’avoir tout plaqué pour faire ce que tu aimes. Et honnêtement en te lisant, ça se sent que tu fais ça par passion!! Bravo pour tout ce que tu fais au quotidien!! :-*

    1. France Tronel dit :

      Merci beaucoup Vanessa :). Oui, je pense d’ailleurs que le jour où ça ne sera plus le cas j’arrêterais pour faire autre chose. Je pense que c’est le genre de chose que l’on ne peut pas faire à moitié. Alors j’y mets mon coeur et on verra ce que l’avenir me réserve 🙂 merci pour ton mot !

  2. Alexia dit :

    Je me retrouve tellement dans ces lignes … depuis quelques temps aussi j’essaye de vivre pour moi, d’apprendre à me connaître réellement. Mais c’est pas facile tous les jours, surtout quand on n’est pas forcément entouré par les « bonnes » personnes.
    Merci pour cet article en tout cas ! 🙂

    1. France Tronel dit :

      Merci beaucoup Alexia, encore une fois je pense que c’est à nous parfois de trouver la force / courage de nous défaire de certaines relations / personnes « toxiques » ce n’est pas simple mais dans certaines situations c’est vraiment sain 🙂

  3. Anaïs dit :

    Coucou France et merci pour ce partage. Je me retrouve dans ce que tu dis, la preuve je suis coincée à la maison ces jours-ci pour ne pas avoir su dire non, ne pas avoir assumé mes limites et avoir voulu faire toujours plus – en négligeant ma santé. Apprendre à dire non, je trouve ça tellement compliqué : peur de décevoir, de perdre un peu de la confiance que l’on nous accorde. Mais il est nécessaire d’y parvenir pour son propre bien-être, comme tu le dis si bien.
    Pour ma part, je n’ai pas encore mis le doigt sur ce qui me fait profondément vibrer et fera de moi une femme pleinement épanouie… mais j’ai la certitude que je trouverai 🙂
    Belle fin de journée à toi.

    1. France Tronel dit :

      Oui je connais malheureusement … mais je crois qu’à force de vouloir plaire à tout le monde, on s’oublie vraiment soi même. Et c’est dangereux. on se fait du mal alors que finalement on n’a qu’une vie et c’est nous qui la vivons ! 🙂

  4. Noëmie dit :

    Mais… tu as fais un article court! Un peu trop à mon goût… tu écris tellement bien, avec tellement de force et d’intensité derrière, tu es juste. Justement juste, aussi simplement que ça. Juste… Tant par la véracité de tes mots, que par la finesse de tes analyses et aussi, et surtout, que par le fait que ce soir, pour moi, tu tombes encore une fois JUSTE.
    Merci, milles merci même, milles milliard de merci car « savoir dire non » ça veut dire : ne pas se laisser abattre. Non, je ne me laisserais pas abattre… pas encore, même si c’est tentant, même si c’est facile, même si c’est plus fatiguant de résister et de continuer la bataille lorsqu’on se prend un gros coup de batte dans la figure. Merci de partager avec nous ton expérience, tes failles, ta réussite. Tout ça ensemble. Tout ça qui vibre et résonne ensemble. De l’espoir…
    Merci.

    1. France Tronel dit :

      Merci beaucoup Noêmie, ton message me touche beaucoup. Oui s’accrocher, ne pas se laisser abattre mais parfois aussi savoir lâcher prise. Parfois c’est encore plus puissant que de vouloir s’accrocher à tout prix à quelque chose qui n’a plus de sens ou à une personne qui n’a plus sa place dans notre vie. Je crois sincèrement que parfois la plus grande force c’est de craquer un bon coup et de laisser s’en aller les choses qui n’ont plus leur place. Et puis de recommencer une nouvelle page, vierge. Heureuse en tous cas que tu cela ai pu te parler un peu … Belle journée !

  5. Elyane dit :

    Au contraire, j’adore ces articles longs ! Je trouve que ça nous permet d’en savoir plus, de partager davantage et de se retrouver dans tes propos ! 🙂
    Je suis tellement d’accord avec ce que tu dis, l’important est de trouver ce qui nous fait vibrer. Mon but dans la vie est de me réveiller le matin avec le sourire ! Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui… Je ne suis pas malheureuse, globalement et théoriquement tout va plutot bien. Mais plus ça va, plus je me dis « mais à quoi ça sert de faire tout ça? Qu’est-ce que j’ai envie de faire moi? ». Le truc c’est que j’ai du mal à trouver. Ça m’obsède limite et me stresse de tourner en boucle. Alors j’ai quelques idées et j’imagine qu’il faut tenter et se lancer pour tester, mais pas évident.
    Merci pour le partage en tt cas, et continue, je te trouve suberbe, forte et inspirante !
    Très bonne soirée 🙂

    1. France Tronel dit :

      Se lever chaque matin avec le sourire … C’est aussi mon but :). Je me retrouve tout à fait dans le « théoriquement tout va bien ». A un moment donné de ma vie, après bcp de galère, théoriquement tout allait bien justement. J’avais un amoureux merveilleux, un emploi stable où tout se passait théoriquement très bien, un appart qui nous plaisait dans une ville qu’on aimait… Oui mais moi je ne me retrouvais pas dans cet emploi là, ce n’était juste pas moi, pas ma place. Et ce qui surement aurait convenu ou satisfait beaucoup de personnes moi ne me satisfaisait pas. Pendant quelques mois j’ai culpabilisé en me disant que je n’avais pas le droit de reSsentir cela et que « beaucoup aimeraient être à ma place ». Et puis je suis tombée malade, physiquement à ne plus pouvoir me lever du lit alors que tout allait bien. Burn out. Du coup j’ai dit stop avant d’y laisser des plumes. Alors certes cela a fait bcp parlé autour de moi.. et moi ça m’a fait peur aussi. Mais aujourd’hui je me sens en phase avec moi même et je crois que finalement c’est le plus important. Les gens proches de moi pour qui je compte vraiment ont été ravi du changement, tant pis pour les autres. Je pense qu’il faut faire les choses pour soi et surtout faire confiance en la vie. C’est bête je ne savais pas non plus où j’allais parce que j’avais des œillères. Mais quand je me suis autorisée à voir autre chose que ce qui était « convenable », j’ai su naturellement. Je pense qu’il en sera de même pour toi… Désolée pour le roman ! Douce journée 🙂

      1. Elyane dit :

        Ce que je trouve fou c’est que je constate autour de moi que souvent, c’est suite à un choc, une perte ou une déception forte que l’on arrive à trouver la force. La force de s’écouter, se faire confiance et de faire confiance à la vie 🙂 Et quand tu arrives à faire ça c’est vraiment génial, de transformer cette difficulté en ouverture vers autre chose. Je trouve juste ça dommage qu’il faille souvent attendre une choc pour en arriver là. Je dis ça mais je suis exactement dans ce cas hein 😉 Enfin bon, c’est surement l’humain qui est fait comme ça, mais la confiance en soi joue beaucoup aussi je crois 🙂
        Merci encore de m’avoir répondue en tout cas, ça me fait vraiment plaisir d’échanger !
        Belle soirée à toi !

        1. France Tronel dit :

          Malheureusement tu as tout à fait raison ! C’est dommage mais très véridique. J’ai eu le cas aussi pour une amie en rémission de cancer. C’est atroce mais c’est à ce moment là où l’on réalise que finalement nous avons qu’une vie et que l’important est dans l’ici et maintenant, pas dans les projections, etc.
          Pour ma part j’ai fait le plein de malheur pendant des années, j’avais un peu d’avance ;).
          Je te souhaite de tout cœur de ne pas devoir faire face à un tel épisode pour te lancer ! Belle journée 🙂

  6. Bonjour France,

    je me retrouve tellement dans ton article…. moi suite à passé douloureux et compliqué j ai eu du mal à dire non au départ et puis à 18 ans j ai dis STOP aux personnes qui le faisaient plus de mal que de bien (même si pour cela je me mettais toute la famille à dos) et j ai décidé que je ne ferais que ce que moi je voulais ou dévirais ….. et depuis ce jour je n ai jamais aussi bien vécu, moins de prise de tête et plus heureuse. Cette décision pas facile sur le coup à prendre mais avec le recul tellement la bonne pour moi et maintenant pour mes enfants aussi !!!
    Merci pour tes articles toujours interessant

    1. France Tronel dit :

      Je suis tellement d’accord … Ce n’est pas simple parfois de couper le cordon avec certaines personnes ou un certain environnement, mais très souvent c’est salvateur … Mille mercis ! Douce journée 🙂

  7. Zaïna dit :

    Super article, Continue comme sa 🙂

  8. Marmotte67NC dit :

    D’abord Merci pour ton article, j’te rassure j’suis arrivée au bout sans pb. je trouve formidable ce que tu écris, ton courage pr atteindre tes objectifs, tu es un bel exemple . depuis qq temps, années, j’erre sans trop savoir où je veux aller, je ne trouve pas ma voix et c difficile , de + en + ,je ne trouve plus plaisir à rien. faut vraiment que je fasse qq chose pr changer tout ça car l’avenir me fait peur.

  9. Kakou dit :

    Arrivée au bout aussi !
    Difficile au début d’arrêter de subir plein de choses … difficile de faire des choix parfois compliqués mais nécessaire si l’on n’est pas bien …
    J’ai perdu ma maman il y a 8 mois et ça a été le déclic par rapport à certaines choses …. certaines situations font qu’on avance, qu’on change, qu’on murit !
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *