Comment j'ai changé de vie

Etre comme la dame, là bas

Pendant très longtemps j’ai trouvé toutes les autres filles plus joliesplus mincesplus agréablesplus stylées – plus élégantes plus confiantesplus intéressantesplus intelligentes plus douées que moi.

Et puis moi j’étais toujours trop ceci – ou pas assez cela.

En fait j’aurais aimé être plus mince – moins gauche – plus élégante – moins garçon manqué. J’aurais aimé ne pas être myope et ne pas me ronger les ongles – Et puis j’aurais rêvé d’être plus organisée – moins rêveuse – plus douée – moins angoissée – plus jolie et moins têtue – Plus extravertie – moins bordélique – plus drôle – moins sensible – plus avenante – moins timide – Plus fêtarde – moins intello – plus volubile – moins altruiste – etc etc.

Un jour, enfant, j’ai montré du doigt une jeune femme dans la rue et j’ai dit à ma grand mère  » quand je serai grande je voudrais être comme la dame là bas « . Après m’être fait remonter les bretelles parce que  » on ne montre pas du doigt les gens dans la rue  » elle m’a dit  » bien sur que tu seras comme elle  » – et puis nous avons continué notre chemin.

Il y a quelques mois j’ai réalisé que j’avais passé beaucoup de temps à essayer de ressembler à d’autres. A être aussi tendance que l’une, aussi drôle que l’autre, aussi abordable que la troisième. Je me suis construit une espèce de personne, qui n’était pas vraiment moi mais un patchwork d’autres – et puis ce patchwork, j’ai fini par me l’approprier, alors c’était peut être moi un peu, au fond.

Et puis j’ai compris qu’à force de vouloir ressembler à d’autres je m’étais oubliée. Même moi je ne savais plus trop qui j’étais – alors imaginez les autres.

Et j’ai arrêté d’espérer. Je me suis concentrée sur moi. Sur qui j’étais vraiment, au fond et surtout qui je voulais être. Le déclic cela a été de comprendre que la personne que l’on était se construisait. Petit à petit. Que peu à peu je pouvais moi aussi arrêter de me ronger les ongles [ bon y’a encore un peu de boulot ], arrêter de m’habiller avec des vêtements pour hommes, gérer mes peurs et mes doutes. Que je pouvais porter des lentilles au lieu de mes grosses lunettes et puis que je pouvais prendre confiance en moi et sortir peu à peu de ma coquille. Coquille dans laquelle je m’étais barricadée – bien à double tour.

Cette prise de conscience a été un déclic. Un déclic et un soulagement d’une certaine façon. Parce que j’ai appris que l’on pouvait changer, évoluer, grandir. Et ça cela a été la plus grande révélation et le plus bel apprentissage des deux dernières années. Le plus important aussi.

Celui auquel je m’accroche chaque jour, un peu plus.

photo 

 

8 commentaires sur "Etre comme la dame, là bas"

  1. Joelle dit :

    Cet article a fait écho chez moi car je ne cesse de me comparer et de m’évaluer en plus et moins jusqu’à parfois me demander si je sais encore ce que je veux moi réellement.
    Merci d’être si humaine France!

    1. France Rigal dit :

      Ce n’est pas simple mais je crois que c’est la seule question à se poser finalement … Qui je suis, qu’est ce que je veux ? (Bon ok ça fait deux ;))
      C’est un cheminement je crois mais ça fait vraiment du bien 🙂
      Merci pour ton petit mot !

  2. melanie dit :

    Quand j’ai lu cet article j’ai eu envie de sourire puis de pleurer. Ca fait complètement écho avec ce que je vis / ai vécu … je travaille sur ça. Apprendre à ne plus me dénigrer, essayer de m’accepter tel quel, de me dire que je ne suis pas plus nulle qu’une autre (Ha on s’en met des choses en tête toute seule… Mais on est aussi aidé par les autres …parce qu’à certains moments de notre vie on a croisé les mauvaises personnes et on a fini par les croire..). Je me reconnais dans ton discours aujourd’hui je ne vois plus les choses de la même manière.
    Oui je ne suis pas Beyoncé (haa le corps de rêve ),oui je ne suis pas incollable en littérature ou en histoire mais comme tout le monde j’ai mes qualités et mes défauts ! C’est ce qui fait la richesse de ce monde !

    1. France Rigal dit :

      Je ne peux qu’approuver ta façon de voir les choses :). Tout à fait, si nous étions tous des clones (parfaits) ce serait quand même super triste !

  3. Margot dit :

    Finalement ne plus vouloir être comme la dame la bas c’est un combat.. D’abord avec soi même puis apres avec les autres. La preuve que l’on sait qui nous sommes vraiment « au fond », c’est qu’on réussi à se délester des jugements de tous.
    Merci pour ce bel article où finalement on remarque souvent une chose; nos maux sont semblables 🙂
    Belle journée à toi …

    1. France Rigal dit :

      Merci beaucoup pour ton mot :). En effet un combat .. Mais surement le plus beau des combats !
      Je t’embrasse fort

  4. Typhaine dit :

    Coucou, je lis tous tes articles mais ne les commente jamais seulement dans celui la j’ai l’impression de me voir… C’est exactement ce que je vis, j’essaie chaque jour de me construire seule sans vouloir ressembler aux autres mais c’est tellement compliqué quand on a pas confiance en soi ! Alors j’espère comme toi réussir un jour à me détacher de tout cela en tout cas continue ce que tu fais c’est vraiment super !!

    Bises

    1. France Rigal dit :

      Merci immensément pour ton mot Typhaine. Oui c’est un long chemin et surement un combat de tous les jours mais je pense que cela est vraiment important de devenir soi même. De se poser la question de ce que nous fait plaisir, de ce qui nous fait du bien, de nos valeurs, de ce que l’on a dans le coeur. La vie est trop courte pour jouer un personnage.. Je t’embrasse et merci mille fois pour les encouragements !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *