Je ne suis pas un chiffre ! [ Ou pourquoi dire adieu à la balance ] - Comment j'ai changé de vie

Je ne suis pas un chiffre ! [ Ou pourquoi dire adieu à la balance ]

Cela fait un moment que cet article me turlupine mais que je ne sais pas trop comment le tourner. Alors c’est un peu toujours la même histoire. J’écris la première ligne puis je bute. J’efface, je reformule et puis finalement, j’abdique.
Mais cette fois je suis bien décidée à vous parler de cette histoire de chiffres. D’ailleurs cet article était censé parler uniquement de balance (vous savez le pèse personne) mais en écrivant ces mots, je réalise que les chiffres et l’obsession des chiffres est un peu partout. Âge, taille, rémunération, bref tout y passe.

Mais revenons-en à nos moutons à savoir le fameux pèse personne.

Pour la petite histoire, il y a deux ans j’ai perdu 30 kilos. Et au fil des dernières semaines, j’ai réalisé combien la variable « poids » était devenue importante à mes yeux. J’étais heureuse quand j’avais perdu du poids, de mauvaise humeur quand j’avais repris 300 (pauvres) grammes, angoissée lorsque je partais 2 semaines sans balance. La balance décidait si j’allais passer une bonne journée ou pas. Le chiffre de la balance me définissait, un peu comme mon prénom ou mon âge.

Et là j’ai eu le déclic : ce n’est pas normal d’être à ce point dépendante d’un chiffre ! Allô France réveille-toi on parle d’un machin électronique là ! Oui ma vie et mes humeurs étaient à ce moment-là dictées par ce fameux chiffre et ça ce n’était tout simplement plus possible !

Alors j’ai réfléchi. Est-ce que la personne que je suis se résume seulement à un chiffre ? Est que je suis plus moche ou est-ce que je mérite moins d’être aimée parce que j’ai pris 300 grammes ? Est-ce que je suis plus heureuse au contraire avec 200 grammes de moins ?

Alors il y a 18 mois j’ai finalement décidé d’enlever les piles de cet engin de torture et de me faire confiance. [Me faire confiance, une vraie rééducation d’ailleurs !]

Oui me faire confiance, m’écouter et surtout écouter mon corps et ses besoins. En me disant qu’en faisant comme cela mon corps atteindrait lui-même son juste poids. Bingo ! Mon poids est stable depuis maintenant 18 mois sans effort ni restriction particulière. En apprenant à écouter mon corps et en faire un allié plutôt qu’un ennemi comme je l’avais fait pendant des années.

Pendant des années j’ai maltraité mon corps (et ma tête) en me focalisant sur ce fameux chiffre et donc il y a 18 mois j’ai dit stop.

Alors écouter son corps cela peut paraitre simple dit comme ça mais après des années de restriction / privations ou au contraire de gavage c’est finalement – très – compliqué.

La première étape qui a été difficile pour moi (la plus difficile d’ailleurs) c’est de réapprendre la sensation de faim. Est-ce que j’ai faim ou pas ? Encore une fois, cela peut paraître vraiment binaire mais cela ne l’est pas. Parfois on mange par faim, souvent on mange par ennui, angoisse. La nourriture doudou en fait. Il faut alors distinguer la faim de l’envie de manger. Et ça ce n’est pas chose aisée.

Et puis réapprendre le sentiment de satiété, aussi.

Pour ça quelques astuces : prendre le temps de manger et (beaucoup) mâcher c’est important. Et aussi fuir les repas devant tout objet susceptible de détourner votre attention (je pense notamment à la télévision ou à l’ordinateur). Dans ces moments-là on ne réalise pas que nous sommes en train de manger et nous avons alors tendance à manger beaucoup plus.

Et sinon j’ai appris à me regarder aussi. A me regarder et à m’accepter. Accepter que 30 kilos en moins, cela laisse des traces, que je n’aurais probablement jamais le ventre aussi parfait que certaines fitgirls sur les réseaux sociaux mais que finalement cela était normal ! Que ce corps c’était aussi mon histoire et que je devais l’accepter pour être mieux dans ma peau, pour être bien et pour être surtout tout à fait moi.

Top 3 des raisons pour lesquelles il faut oublier la balance !

Elle n’est pas infaillible

Je m’explique, le poids peut varier à cause de multiples facteurs : stress, manque de sommeil, prise de certains médicaments, rétention d’eau, moment du cycle chez la femme … Bref, rien d’inquiétant à la prise de quelques grammes donc, vous l’aurez compris.

Sans compter que si vous faites du sport, votre corps peut se métamorphoser sans que vous perdiez du poids (d’ailleurs, en remplaçant de la graisse par du muscle, vous pouvez même possiblement en prendre !), c’est pour cela que je conseille toujours de ne pas se fier à la balance seule mais de prendre ses mensurations et puis des photos, qui seront plus objectives que vous et surtout qui vous aideront à voir des changements même si votre balance stagne et que vous ça vous fait tirer la tronche !).

La mauvaise idée c’est bien sûr de monter sur la balance le lendemain du repas de Noël par
exemple ! Cela va vous déprimer alors que finalement tout rentre dans l’ordre en quelques jours généralement. Un seul repas n’est pas responsable d’une prise de graisses !

Sa vision est partielle

Elle ne prend en compte que le facteur poids. Sans intégrer votre taille, votre musculature, votre morphologie, vote âge. Bref toutes vos autres caractéristiques. En d’autres termes, un poids de 50 kilos peut être très faible si vous mesurez 1m80, normal pour une personne qui mesure 1m60. Tout comme deux personnes pesant strictement le même poids au gramme près peuvent avoir deux physiques tout à fait différents en fonction de leur morphologie, de leur taille, de leur activité sportive.

Elle est fourbe

Elle vous laisse croire qu’elle vous définit alors que clairement l’important c’est comment on se sent non ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *