Les voyages en train - Comment j'ai changé de vie

Les voyages en train


Il y a quelques jours j’ai dû prendre le train et croyez le ou non j’adore ça ! [ particulièrement les TER et les petites gares comme celle ci où il n’y a jamais plus de 4/5 personnes sur le quai].

train

Je suis donc partie 2 heures à l’avance pour avoir le temps de flâner sur le quais et d’observer les gens [ Oui j’adore observer les gens vivre, c’est une source d’inspiration – quasi – inépuisable pour mes articles ].

Alors je me suis assise sur un banc – Ce jour là le ciel était bleu et le fond de l’air froid – Mais au soleil il faisait bon, presque doux. J’aime beaucoup cette gare – seulement 2 quais – un train en moyenne toutes les quarante minutes et pas plus d’une poignée de voyageurs qui montent ou descendent. L’endroit est calme, apaisant. d’ailleurs j’y vais régulièrement même lorsque je n’ai pas de train à prendre, juste parce que j’aime cet endroit et que je m’y sens bien.

Aujourd’hui sur le quai j’ai croisé un jeune homme emmitouflé dans une grosse doudoune couleur gris métallisé qui écoutait (très fort) du RAP français. J’ai pensé à mon frère et je n’ai pas pu m’empêcher de sourire.

Il y avait aussi un petit couple, amoureux. La jeune fille blottie dans les bras du jeune homme, immense. J’ai été touchée. Ils avaient 18 ans, pas plus et leur amour sautait aux yeux. D’ailleurs je n’ai pas pu m’empêcher de revenir quelques années en arrière, lorsque j’ai rencontré F. à 16/17 ans, au moment où tout le monde se moquait un peu de notre histoire et puis me conseillait de « faire ma vie ». Mais moi je savais que c’était lui. J’ai pris 10 ans dans la face mais leur sincérité m’a mis les larmes aux yeux. D’ailleurs à ce moment là j’ai sorti mon téléphone pour envoyé un message à F.  » Je t’aime plus que tout au monde » ( c’est gnangnan je sais mais j’en avais besoin )

Et puis il y a eu un monsieur âgé qui est venu s’asseoir à coté de moi sur le banc au soleil. Je lui ai souri, il m’a souri en retour et puis il m’a observée de longues minutes écrire sur mon petit carnet. Au bout d’un moment il brise le silence «  vous êtes écrivain ?  » – C’est bête mais je n’ai pas su quoi répondre à cette question. J’ai bafouillé une réponse  » Euh – Je sais pas – J’écris en tous cas ] – lui  » Je peux ?  » en désignant mon petit carnet dans lequel je note des mots – des phrases – des syllabes parfois – des sons – des métaphores – Bref l’antichambre de tout – LE carnet secret auquel même F. n’a pas accès ( je suis un peu pudique lorsqu’il s’agit d’écriture ) – Alors du coup une énorme sueur froide a envahi mon dos – J’ai réprimé ma première réaction [ celle qui m’indiquait de cacher mon carnet avec mon bras ] et je lui ai tendu en souriant.

Il lis – relis – feuillette – souris [ en montrant sa fossette de la joue droite ] – fronce les sourcils – Étouffe un petit rire et puis se tourne vers moi. 

 » C’est beau, vous avez du talent « 

[ Je souffle de soulagement ]

 

Mon train entre en gare, le vieux monsieur me rend mon carnet  » Faites en bon usage «  – Je souris, réponds « promis » et saute avant que les portes ne se referment.

Pendant l’heure de voyage qui a suivi j’étais ailleurs, émue par la rencontre, touchée par ses mots. Et puis fermement décidée à  » en faire bon usage ! »

[ Affaire à suivre ]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *