Comment j'ai changé de vie

La nourriture émotionnelle

Aujourd’hui j’ai passé une bonne partie de la journée à travailler pour préparer la séance que j’animerai dans 1 mois sur la nourriture émotionnelle à Lyon (Toutes les informations par ici).

Je fais donc d’une pierre deux coups en vous proposant un article à ce sujet, parce que je sais après plus de 3 ans d’ expérience en coaching que cette problématique est (malheureusement) très courante.

Déjà : L’alimentation émotionnelle qu’est ce que c’est ?

C’est la tendance à manger pour répondre à une émotion ou une sensation. Cette sensation ou émotion peut être négative (stress, contrariété, solitude, tristesse…) mais aussi positive (convivialité ++)

Se nourrir émotionnellement est il problématique ? 

Oui et non. En fait, nous sommes tous des « mangeurs émotionnels ». En effet, l’alimentation humaine ne sert pas seulement à répondre à des besoins physiologiques, mais aussi pour répondre à un équilibre psychologique. La nourriture est même souvent familiale, relationnelle, culturelle.La nourriture émotionnelle est donc normale : nous sommes des êtres à émotions ! 

Attention cependant, cela devient problématique lorsque ce comportement est récurrent, régulier, et que les quantités ingérées sont importantes, car on aboutit là à 2 conséquences négatives : 

  • La première, évidente, c’est le poids et la santé. L’alimentation émotionnelle conduit à manger en grande quantité, au delà des besoins de son corps, et quasiment systématiquement des aliments hautement énergétiques et sans aucun intérêt nutritionnel. Bien sûr cela entraîne une prise de poids, une dégradation de la santé et une dérégulation des sensations alimentaires de faim et de satiété. 
  • La seconde c’est que cela entraîne un cercle vicieux : Alimentation compulsive entraîne de la culpabilité, du mal être qui augmente encore les envies de manger, les rend plus récurrentes, les quantités ingérées encore plus importantes, la culpabilité encore plus présente et le manque d’estime de soi croissant …

 

Pourquoi les régimes / rééquilibrages sont alors voués à l’échec ? 

Il y a 4 ans lorsque j’ai commencé le coaching, je pensais nutrition, exclusivement. Au bout de quelques mois, j’ai réalisé combien cela était insuffisant pour répondre à la problématique de la plupart des personnes que j’accompagnais, à savoir :  » Je sais théoriquement ce qu’il faudrait que je mange, mais lorsque je suis contrarié / stressé / seul ou que je traverse une mauvaise passe, c’est plus fort que moi, je mange n’importe quoi  » . (C’est -entre autre- ce qui m’a poussée à me former en sophrologie !)

Bref, revenons en à comportements alimentaires et régimes / rééquilibrages / pertes de poids. 

En fait, dans ces cas là, les tentatives de rééquilibrage alimentaire ne marchent pas, parce que la nourriture et le poids sont les conséquences pas la cause ! En clair, le fait de focaliser son attention sur le poids, le physique est une manière de ne pas prêter attention aux véritables raisons qui nous poussent à manger sans faim – fin. Et croyez moi, je peux vous en parler, cela a été mon cas pendant une dizaine d’années !

En fait dans ce cas là, le problème de base n’est pas la nourriture mais l’incapacité à faire face et à gérer ses émotions. Manger permet à la fois de se réconforter et de fuir la véritable confrontation avec ses sentiments et ses émotions. 

L’une des clefs réside dans le fait d’accepter pleinement ses émotions quelles qu’elles soient. A les accueillir et à les accepter avec bienveillance, sans les juger, sans vous juger. Puis à apprendre à les gérer différemment. La relation à la nourriture (et à la vie en général) change radicalement, à mesure où l’on arrive à accueillir pleinement et sans jugement nos émotions et qui nous sommes avec nos forces, mais aussi nos failles. 

Bref, vous l’aurez compris … La nourriture émotionnelle est beaucoup plus complexe qu’une simple affaire de « manger ci » ou « ne pas manger ça ». Les mécanismes qui rentrent en jeu sont beaucoup plus puissants qu’une question de volonté, ou de « décision ». 

Et vous, le thème de la nourriture émotionnelle cela vous parle ? Vous y êtes confronté ? 

 

 

14 commentaires sur "La nourriture émotionnelle"

  1. Emeline dit :

    Merci pour cet article ! Je me reconnais complètement dedans.
    J’essaye au maxi de manger sainement toute la journée, de faire du sport, … mais avec chouchou le soir devant la TV c’est dur de dire STOP aux bonbons et carrés de chocolat.
    Mon mari n’a pas de problèmes de poids… moi non plus d’ailleurs mais j’ai juste tendance à grossir si je ne fais pas attention, (et c’est vrai que je ruine tous les efforts de la journée avec ces quelques bouchées hyper sucrées et caloriques dans le canapé,) mais il commence à lui aussi intégrer cette nouvelle notion de « manger sainement » et j’en suis fière et ravie. A deux c’est plus facile de combattre ces petits démons sucrés !

  2. Sabine dit :

    Je me reconnais tout à fait et je vais encore plus faire l’effort de réfléchir à ce qui me pousse à manger autant. Merci pour ton aide

    1. France Tronel dit :

      Merci de me lire, plein de force !

  3. Justine dit :

    En lisant ton petit article je me suis dis « purée, mais elle a tellement raison! ». Je vis les 2 conséquences de la nourriture émotionnelle (cercle vicieux et obésité) et c’est un vrai calvaire. Je pense toujours à rééquilibrer mes plats et j’en fais une obsession, alors qu’au fond il faut surtout que j’apprenne à gérer mes émotions, retrouver le moral, profiter de la vie et enfin me sentir légitime de vivre. A partir de ce moment la, je pense que le reequilibrage ira beaucoup mieux et j’irai mieux dans ma tête.
    Merci pour cet article plein de sens et pour ta bienveillance!

    1. France Tronel dit :

      Merci beaucoup de me lire Justine,

  4. Tinea dit :

    Tu as tout à fait raison , en plus des émotions il y a la fatigue… je mange car je suis fatiguée…. Et que je ne peux pas me reposer oú me détendre….

  5. Mapyel dit :

    Bonjour, super article. Moi aussi je me reconnais dedans. N’étant pas sur la France, je souhaite savoir si votre intervention sur Lyon sera disponible sur votre site pour que je puisse la suivre et éventuellement vous faire part de mes questions. Merci d’avance.

    1. France Tronel dit :

      Bonjour Non bien sur ! c’est une séance payante, ce ne serait pas très correct pour les personnes qui y participent de la proposer ensuite gratuitement 😉

  6. JOSEPHINE GARDAN dit :

    bonjour, en lisant ton article je me reconnais completement j’essaie de perdre mais dès que sa va pas je reprends merci pour ton aide

    1. France Tronel dit :

      Oui c’est caractéristique malheureusement ..

  7. danielle dit :

    Eh oui, c’est là que le bât blesse..la gestion des émotions est difficile.
    Merci France, et bon succès pour votre conférence.
    Belle fin de semaine.
    danielle

  8. Laura dit :

    Je m’y reconnais et en ai conscience depuis bien longtemps, MAIS depuis que j’accueille mes émotions, je peux passer 1-2jours avec le ventre noué. J’essaye de faire de la méditation, de la biorespiration, mais quand j’attends des résultats de concours, quand il y a des enjeux importants « en jeu » dans ma vie, j’ai l’impression que seul le temps permet de me calmer, mais du coup je passe des journées plus « difficiles » parce que je laisse l’anxiété m’irradier. Enfin, c’est tjr mieux que de la couvrir artificiellement, et puis ca ne dure jamais longtemps 🙂

  9. micha dit :

    Je me retrouve complétement… j’y suis à 1000%, mais je ne sais pas trop comment m’en sortir…

  10. Lina dit :

    Je suis en plein dedans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *