Reconnexion - Comment j'ai changé de vie

Comment j'ai changé de vie

Reconnexion

Ça fait un moment que je veux écrire cet article et puis, comme d’habitude lorsqu’il s’agit d’aborder les sujets de fond, je tergiverse, j’hésite, je me demande comment cela sera perçu, si je vais réussir à transmettre le message que je veux vraiment faire passer et puis, je finis par me demander si le message en lui même a de l’importance.

Bref, tout ça pour vous dire que cela fait un moment que je veux vous parler de reconnexion.

Et aujourd’hui cela a été le déclic, le jour où j’ai compris que j’avais profondément changé. Sans retour possible, probablement et en fait, heureusement.

J’ai refusé une opportunité professionnelle conséquente, vraiment. Le genre d’opportunité très bien rémunérée, qui semblait dans mes cordes et même dans ce que j’aurais potentiellement aimé faire. Vous devez être en train de vous dire « bah alors qu’est ce qui cloche ? ». La cloche est dans le revers de la médaille, dans les 20 heures de travail supplémentaires par semaine, dans le temps en moins pour ma fille, dans mes nuits qui auraient été encore plus courtes et ma to do list encore plus longue.

Je n’ai jamais rechigné à travailler, au contraire. J’étais l’élève modèle, « toujours plus », justement. Le genre d’élève qui, en préparant ses concours travaillait de 5 heures du matin à minuit sans se poser de question. Et cela a été le cas jusqu’à très récemment. Lorsque j’ai lancé le blog et mon activité de coaching il y a 3 ans, j’y ai consacré pendant plusieurs mois près de 100 h par semaine. Un rythme intenable, invivable, qui ne laissait plus place à rien d’autre. Mais il le fallait, parce que je l’avais choisi, je voulais me donner les moyens, faire plus, toujours plus.

Et puis il y a eu plusieurs événements autour de moi qui m’ont bouleversée, dans mon cœur et dans mes tripes. La maladie, le décès de personnes proches, et puis en dernier lieu, ma grossesse et ma fille. J’ai réalisé combien, finalement, l’important était la. Dans nos proches, peu, mais présents, dans ces moments ensemble, dans ses yeux bleus et dans ses éclats de rires.

Aujourd’hui,  j’ai pris le contre pied de ce « toujours plus » depuis plusieurs mois. Je ralentis, je fais moins, je prends du temps pour moi, pour nous, pour ne rien faire. C’est doux de ne rien faire. Quand je dis rien, c’est rien de tangible, de productif. C’est prendre le temps de serrer ma fille contre moi, de sentir sa tête blottie contre mon cœur et d’écouter du jazz ou bien Chopin ou Mozart. Prendre le temps de m’asseoir, parfois en journée et de boire un thé (oui, c’est un luxe pour moi). Prendre le temps d’amener choupette à la crèche et de s’arrêter quelques minutes regarder le vent glisser dans les feuilles des arbres. Avoir moins d’amis mais être plus disponible pour eux. Etre minimaliste en restaurants, en apéros, mais arriver à savourer pleinement ces moments précieux. S’être déchargé de la télévision pour me plonger des soirées entières dans des livres. Ecrire sur des petits bouts de papier. Prendre des photos de feuilles, de ciels bleus et de montagnes enneigées. Moins de clients en coaching pour m’y consacrer pleinement. Acheter plus responsable, moins, mieux.

Je crois que rien n’est acquis, la vie est apprentissage, remises en question, chutes, progrès et aujourd’hui je suis heureuse de ces changements et d’être vraiment et profondément moi.

5 commentaires sur "Reconnexion"

  1. Chamalot dit :

    En effet,gros changement pour toi 😉
    Mais c’est très difficile de ne rien faire,ou de ne penser à rien ou qu’à soi!
    C’est un vrai travail de fond je trouve! Il y a tjs à faire pour la famille,répondre aux amis,…et nous ds tout ça? Ou ces petits moments précieux que l’on ne profite pas à 100% !!
    ( et c’était quoi cette proposition de boulot??? )
    Bisous

  2. Ivy Cherry dit :

    Tu aurais surtout eu tort de ne pas l’écrire, cet article. Merci pour ce message qui fait du bien, comme une grand bouffée d’air frais qui vivifie, et amène à vouloir se reconnecter avec soi même, aussi. Que le reste de ta vie continue d etre empreint de douceur . ☺️

  3. Nathalie dit :

    Très beau texte je suis tellement d accord avec toi. Je suis maman de deux petits bouts de 2 ans et 2 mois. Je me posais déjà pas mal de questions sur les priorités dans ma vie, mais leurs venues à chambouler tellement de choses, et tout paraît beaucoup plus… Évident. C’est fou ce pouvoir qu’on les enfants! Profite bien de ces instants!

    1. France Tronel dit :

      Merci beaucoup Nathalie et félicitations pour ce nouveau venu alors 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *