Un sourire - Comment j'ai changé de vie

Un sourire

Cela fait un moment que je souhaitais vous écrire à ce sujet et puis que je repousse, que je me dis que finalement cela n’intéressera surement pas grand monde ou je ne sais quoi encore.

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous savez que je fais régulièrement des « distributions« . Comprenez que je vais dans la rue, avec des quiches, des tartes, des viennoiseries, des soupes faites maison (et du café) et je distribue aux personnes qui en ont le plus besoin. J’ai commencé ces tournées il y a maintenant 18 mois et j’essaye de m’y tenir de façon hebdomadaire, souvent plus l’hiver car bien sur c’est une période particulièrement délicate.

Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que je réalise combien cela m’apporte et combien cela a fait tomber de nombreux remparts dans ma tête. Combien j’ai profondément changé au contact de ces personnes, aussi.

Ma vision de la vie a radicalement changé, et mon amour pour les autres a grandi. Je m’explique : je n’ai jamais été une personne matérialiste, jamais. J’ai toujours préféré un bouquet de fleur à un sac même des plus grandes marques, dans mon couple je privilégie les petites attentions du quotidien (comme préparer le petit déjeuner à l’autre) plutôt que des gros cadeaux 2 fois dans l’année, j’ai toujours préféré vivre des moments (de théâtre, de cinéma, d’escalade, de fous rires) plutôt que d’entasser des objets.

Mais tout de même, au fur et à mesure de cette expérience je me suis encore rapprochée de l’essentiel : les gens. Partager avec les gens c’est mon métier au quotidien,  et j’adore les échanges en coaching qui sont riches. D’ailleurs je crois que c’est pour cela que j’aime autant ce que je fais. Parce que chaque jour est différent, que chaque personne a son propre vécu, son histoire, son ressenti et que, par conséquent, les échanges sont à chaque fois uniques. Mais là, c’est encore différent.  A chaque fois je prends une grosse claque et une leçon de vie. Je réalise combien la vie ne tient qu’à un fil, combien il est important de savourer chaque instant, chaque chose que l’on a et de vivre l’instant. Les histoires sont parfois difficiles, des maladies, des séparations, des violences. Et pourtant souvent il y a ce sourire et cette foi dans la vie, dans l’être humain.

La première fois, je me souviens avoir eu beaucoup de craintes  » et si j’étais mal accueillie ? » –  » et si on m’envoyait paître ? » –  » si on n’avait rien à se dire ? » . Et puis ces craintes ce sont dissipées. Parce que finalement on partage la chose la plus importante : nous sommes des êtres humains et nous partageons un moment. Les premières fois je tâtonnais, je ne savais pas trop comment aborder certains sujets, je restais évasive. Et puis une confiance s’est nouée et les sourires sont apparus sur les visages.

Aujourd’hui rien ne me fait plus plaisir que de voir un sourire illuminer un visage lorsque je m’approche. Parce que j’amène à manger, oui, mais surtout parce que nous passons un moment ensemble, d’égal à égal.

Un jour, M m’expliquait (si vous ne savez pas qui est M je vous invite à lire l’article appelé « l’homme de la rue ») que finalement le plus difficile était le regard des autres, voire, leur indifférence. J’avais du mal à comprendre et pourtant, j’ai réalisé que quelques mois en arrière je détournais moi même le regard, par gène, surtout.

Un jour j’ai fait cette expérience de passer une matinée dans la rue, avec lui. Et j’ai vu le regard des gens changer. Pourtant j’étais toujours la même, habillée de la même façon et puis dans le creux de mon cœur je n’avais pas changé d’une miette. Oui mais j’étais assise par terre. Ce moment a été douloureux pour moi, mais j’ai compris. Compris que finalement la chose la plus importante à donner, à leur donner, c’est un regard, et puis un sourire.

Et au final je réalise combien c’est ce que j’essaye de faire au quotidien, dans ma vie professionnelle, dans la rue. Donner du temps, (re)donner un sourire. C’est vraiment ce qui me porte au quotidien, et je l’espère encore pour longtemps.

[ désolée par avance pour ce long article, qui peut sembler un peu décousu, j’ai écrit avec le cœur car je ne sais pas vraiment faire autrement, et du coup, cela se fait parfois au détriment de la structure, mais j’espère avoir réussi tout de même à faire passer mon message ]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *